Sujet 11 : Investissement et partage des risques sur les marchés de matières premières (Investment and risk-sharing in commodity markets)

Investissement et partage des risques sur les marchés de matières premières

La financiarisation récente des marchés de matières premières a mis en lumière la question du partage des risques. Ces marchés jouent-ils encore leur rôle originel de transmission du risque entre hedger et spéculateur ? Des études récentes ont questionné la validité de l’hypothèse selon laquelle les hedgers agissent uniquement pour couvrir leur risque pré-existant sur les marchés de matières premières, c'est-à-dire le risque lié à la détention d’une position sur le marché physique (spot). Il est important de noter que si les hedgers ne sont pas uniquement sur les marchés pour se couvrir mais prennent aussi des positions en fonction de l’évolution des prix, ce qui contredit la théorie économique standard, alors ils pourraient être considérés comme spéculateurs et traités comme tels au moyen de l’imposition de limites de positions sur le marché à terme, dans la lignée des mesures prises suite au Dodd-Frank Act qui a suivi les pics de prix observés en 2008. Parmi les voies de recherche ouvertes sur ce sujet, on retiendra :

  1. La mise en relation des positions des firmes sur le marché à terme avec les prix observés sur ces mêmes marchés. L’utilisation de données au niveau des firmes permet d’éviter les biais inhérents aux conclusions obtenues en utilisant des données agrégées. Les données sont accessibles publiquement sur la base EDGAR disponible par le biais de la SEC, autorité de régulation des marchés financiers pour les U.S.A.
  2. L’observation du lien empirique entre les prix et les positions pourra être utilisée comme base pour l’élaboration d’un modèle décrivant les comportements des agents. On pourra ainsi mieux comprendre les interactions qui existent entre hedgers et spéculateurs.
  3. Enfin, une extension possible du concept de partage des risques sur les marchés de matières premières consiste à examiner la capacité des instruments financiers liés à ces marchés à élargir l’univers d’investissement pour les agents opérant sur les marchés financiers.

Pré-requis : a) Bon niveau en anglais ; b) Excellent niveau en économétrie ; c) Un intérêt pour l’économie formalisée.

Investment and risk-sharing in commodity markets

The recent financialization of commodity markets raised the issue of whether these markets still play their genuine role of sharing risks among various categories of agents such as hedgers and speculators. Recent studies have called into question the validity of the usual assumption that hedgers only act to hedge their pre-existing risk in commodity markets, i.e. their risk related to the physical position hold for their standard business activity. Importantly, if hedgers do not only hedge on commodity markets but also take positions with respect to current prices, in contrast to what is predicted by economic theory, they could be partly considered as speculators and then imposed position limits in futures markets in the new regulatory framework following the U.S. Dodd-Frank Act. Potential research work on the aforementioned issue could be:

  1. Using firm-level data (EDGAR database at SEC), we would be able to track the position taken by energy firms in the U.S. so as to investigate the relationship between positions and prices keeping aside the common bias arising when using aggregated data.

The observation of the empirical link between prices and positions may be used to build a model based on behavioral features of hedgers and speculators to enhance our

  1. understanding of the functioning of financial commodity markets and, in particular, how agents interact in these markets.
  2. As a possible extension of the concept of risk-sharing of commodity markets, we may also assess the ability of commodity-related financial instruments to enlarge the investment universe for common investors.

Pre-requisites: a) Good ability in English; b) Excellent skills in econometrics; c) Interest for mathematical formalization.

Return >>  Offres de thèses

Contacts

Coordinateurs scientifiques du projet :

François LANGOT (francois.langot @ univ-lemans.fr)

Directeur du GAINS (Groupe d'Analyse des Itinéraires et Niveaux Salariaux)

Laurent DENIS (laurent.denis @ univ-lemans.fr)

LMM (Laboratoire Manceau de Mathématiques)

Mélanie COUELLIER (panorisk-ecodroit @ univ-lemans.fr)

Chargée de gestion administrative et d'aide au pilotage

Tel. (33) (0)2 43 83 31 11